| |
Bandeau
Bibliothèque Numérique Alchimique du Merveilleux (BNAM)
BNAM, Bibliothèque numérique ésotérique gratuite

Bibliothèque numérique gratuite, d’archives, documents, livres, textes d’alchimie, livres numériques gratuits, notes, signets, manuscrits, transcriptions, pages web, liens, procédés et techniques, références de brevets et tous supports numérisés en rapport avec l’hermétisme, la pratique et la réalisation du grand œuvre au laboratoire alchimique.

SAINT YVES PIERRE ou (Nourry Emile)

Émile Nourry (pseudonyme : Pierre Saintyves), né à Autun (Saône-et-Loire) le 6 décembre 1870, mort à Paris le 27 avril 1935), était un libraire et éditeur parisien, mais aussi un folkloriste, un des précurseurs des études folkloriques en France.
Sous le pseudonyme de Pierre Saintyves (ne pas confondre avec Alexandre Saint-Yves d’Alveydre), il publia de nombreux ouvrages. Parmi ses autres titres, il fut président de la Société du folklore français et directeur de la Revue du folklore français et de la Revue anthropologique, ainsi que maître de conférences à l’École d’anthropologie de Paris.

Émile Nourry (pseudonyme : Pierre Saintyves), né à Autun (Saône-et-Loire) le 6 décembre 1870, mort à Paris le 27 avril 1935)

Bibliographie

Œuvres de Pierre Saintyves :

La Réforme intellectuelle du clergé et la liberté d’enseignement, Nourry, 1904

Le miracle et la critique historique, Nourry, 1907

Les saints successeurs des dieux. I. L’origine du culte des saints II. Les sources des légendes hagiographiques. III. La mythologie des noms propres, Nourry, 1907

Les Vierges mères et les naissances miraculeuses, 1908

Les reliques et les images légendaires. Le miracle de Saint Janvier, Les reliques du Buddha, Les images qui ouvrent et ferment les yeux, Les reliques corporelles du Christ, Talismans et reliques tombés du ciel, Mercure de France, 1912, 340 p.
La force magique : du mana des primitifs au dynamisme scientifique, Émile Nourry, 1914
Les Responsabilités de l’Allemagne dans la guerre de 1914, 1915

LA FORCE MAGIQUE, DU MANA DES PRIMITIFS AU DYNAMISME SCIENTIFIQUE 1914

Les Liturgies populaires : rondes enfantines et quêtes saisonnières, Edition du livre mensuel, 1919
Les origines de la médecine : empirisme ou magie ?, Nourry, 1920

L’éternuement et le bâillement dans la magie. L’ethnographie et le folklore médical, 1921. Rééd. Savoir pour être, 1995.

Essais de folklore biblique. Magie, mythes et miracles dans l’Ancien et le Nouveau Testament, Émile Nourry, 1922

Les Contes de Perrault et les récits parallèles, Émile Nourry, 1923, XXIV-646 p.
La légende du docteur Faust, L’édition d’art, 1926

En marge de la Légende dorée, Paris, Émile Nourry, 1931

Les cinquante jugements de Salomon ou les arrêts des bons juges, d’après la tradition populaire, Editions Domat-Montchrestien, 1933

Corpus du folklore des eaux en France et dans les colonies françaises, Émile Nourry, 1934, IV-270 p.

Corpus du Folklore préhistorique (pierres à légendes), Nourry, 1934-1936, 510p.

Manuel de folklore. Lettre-préface de Sébastien Charléty, J. Thiébaud, 1936, 229 p.

Pierres magiques : bétyles, haches-amulettes et pierres de foudre. Traditions savantes et traditions populaires, J. Thiébaud, 1936, 296 p.

Saint Christophe : successeur d’Anubis, d’Hermès et d’Héraclès, 1936, 55 p.

L’astrologie populaire étudiée spécialement dans les doctrines et les traditions relatives à l’influence de la Lune. Essai de méthode dans l’étude du Folklore des opinions et des croyances, J. Thiébaud, 1937, 472 p. Editions du Rocher, 1989.

Deux mythes évangéliques, les douze apôtres et les 72 disciples, Émile Nourry, 1938

Les derniers articles

LA FORCE MAGIQUE
Publié le 1er février 2015

Télécharger gratuitement le PDF au bas de l’article, ou obtenez une version papier de l’ouvrage :

La force magique : Du mana des primitifs au dynamisme scientifique (Collection Science et magie)

SAINT CHRISTOPHE SUCCESSEUR D’ANUBIS, D’HERMÈS ET D’HÉRACLÈS par PIERRE SAINTYVES
Publié le 23 mai 2013

Christophe était un géant de la terre de Chanaan, haut de douze coudées et d’un aspect terrible. Il entra au service d’un puissant roi, parce qu’il avait entendu dire que ce roi était le plus puissant du monde. Ayant remarqué que le roi se signait dès que l’on prononçait le nom du diable, il en conclut (...)