| |
Bandeau
Bibliothèque Numérique Alchimique du Merveilleux (BNAM)
BNAM, Bibliothèque numérique ésotérique gratuite

Bibliothèque numérique gratuite, d’archives, documents, livres, textes d’alchimie, livres numériques gratuits, notes, signets, manuscrits, transcriptions, pages web, liens, procédés et techniques, références de brevets et tous supports numérisés en rapport avec l’hermétisme, la pratique et la réalisation du grand œuvre au laboratoire alchimique.

Trévisan Bernard

« Bernard, comte de la Marche Trévisane, petit comté des Etats vénitiens, est encore appelé le Bon Trévisan et mérite assurément une mention spéciale parmi tous les Adeptes : un prix d’assiduité. Bernard commença ses travaux à l’âge de quatorze ans et il semble avoir trouvé la Pierre philosophale à quatre-vingt-deux ans passés, après une vie entière faite d’échecs répétés. On pourrait presque lui appliquer la maxime que Jules Verne met dans la bouche de l’ingénieur Cyrus Smith au début de l’île mystérieuse : » II n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ", et qu’il attribue à Guillaume d’Orange alors qu’il en était apparemment l’auteur.
Le comte Bernard naquit donc en 1406 dans la ville de Padoue. Son père, dès sa quatorzième année, l’initia à l’étude des maîtres alchimistes du passé, en particulier Gcber et Rhasès. Pendant ses quatre premières années de recherches, il suivit scrupuleusement la méthode indiquée par Rhasès, mais en vain ; tout ce que ce labeur acharné lui rapporta fut la perte de trois mille écus. Il passa alors à Geber, ayant perdu confiance dans le premier philosophe et se remit à l’étude. Deux nouvelles années se passèrent sans autre résultat que la perte de six mille nouveaux écus. Il faut dire que tout ce que la ville contenait de souffleurs et faux alchimistes était venu « aider » le Bon Trévisan à dépenser son argent. Un moine de ses amis lui montra alors des petits traités d’obscurs souffleurs dénommés Archelaus et Rubicesca [Rupescissa] sur lesquels il se mit a travailler sans plus de succès. Un autre de ces séides prétendit qu’il fallait travailler a partir de l’alcool rectifié un nombre incalculable de fois ce que fit le Trévisan. Tous ces premiers travaux lui prirent quinze ans de sa vie et une grande partie de ses richesses sans pour autant l’avoir avancé d’un pas dans la direction du Grand Œuvre. Un bailli du pays vint alors lui dire que la matière première de l’œuvre était le sel marin... « Jacques Sadoul »le Trésor des Alchimistes, J’ai Lu, 1969"

  • Des Hn. Bernhardi, Grafen von der Marck und Trevis, Chymische Schriften. (traduction du latin en allemand par Tanckus. 1593).
    Ed. J. P. Krauss. 1746. Nuremberg. B. N.- R. 28334
  • Trois traitez de la philosophie naturelle, non encore imprimez, (la parole délaissée).
    Ed. Guillaume Marette. 1618. Paris. B. N.- R. 29628
  • La Parole délaissée.
    Ed. Jean Sara. 1618. Paris.
    Ed. Dervy Livres. 1954. Paris.
  • Trois anciens traitez de la philosophie naturelle. B. N.- R. 52862
  • Traité de la philosophie naturelle des métaux.
    Ed. 1567. Anvers. B. N.- R. 54294 et Rés. J. 2081 (2)
    Ed. 1574. Lyon. B. N.- R. 54260
    Ed. 1612. Lyon. B. N.- R. 54261
    In Bibliothèque des philosophes chimiques. 1741. B. N.- R. 54294
  • Traicté de la nature de l’oeuf des philosophes.
    Ed. I. et C. Périer. 1624. Paris. B. N.- R. 53112
    Ed. 1659. Paris. B. N.- R. 53115 et 53118
  • Le texte d’alchymie et le songe verd.
    In Bibliothèque des Philosophes chimiques. 1741.
    Ed. L. d’Houry. 1695. Paris. B. N.- R. 52261
  • Divers traitez.
    Ed. 1672. Paris. B. N.- R. 33870
  • L’allégorie de la fontaine.
  • Oeuvre chymique de Bernard le Trévisan.
    Ed. La Maisnie. 1976. Paris.
  • La Parole délaissée. Traité de la philosophie naturelle des métaux. Le Songe vert, véridique et véritable.
    In Samon Tome II.

Les derniers articles

LA GRANDE ET ADMIRABLE OEUVRE DES ANCIENS
Publié le 16 juin 2020

Secrets pour la transmutation métallique, tirés des cahiers et manuscrits du Trévisan

LA PAROLE DELAISSEE
Publié le 22 avril 2016

La Transcription que nous proposons aujourd’hui est réalisée d’après l’édition : « Divers traitez de la philosophie naturelle. Sçavoir, La turbe des philosophes, ou le code de vérité en l’art. La parole délaissée, de Bernard Trévisan. Les deux traitez de Corneille Drebel Flaman. Avec Le très-ancien duel de (...)

LE SONGE VERD
Publié le 21 octobre 2010

Dans ce Songe tout paraît sublime ; le sens apparent n’est pas indigne de celui qu’il nous cache ; la Vérité y brille d’elle-même avec tant d’éclat, qu’on n’a pas de peine à la découvrir à travers le voile, dont on a prétendu se servir pour nous la déguiser.

J’étais enseveli dans un sommeil très profond, (...)

TRAITE DE LA NATURE DE L’ŒUF DES PHILOSOPHES
Publié le 21 octobre 2010

Monsieur, avec correction, il me semble que vous désirez touchant ces choses autrement que la définition des choses naturelles n’a été laissée, lorsque vous dites que la matière de Jean le Noir ne peut parvenir à cet effet, et par conséquent le Soufre, selon que vous l’avez pratiqué, Monsieur, vous (...)

Le livre de la philosophie naturelle des métaux
Publié le 21 octobre 2010

Le premier Inventeur de cet Art (comme on lit es Faits de mémoire, et aux Livres des Gestes anciennes, et au Livre Impérial, et en l’exposition de Clavetus sur la Table d’Emeraude, et es autres Livres) ce fut Hermès le Triple ; Car il sut toute triple Philosophie naturelle, savoir Minérale, Végétale (...)