GEBER

Le Moyen Âge a attribué à Jâbir ibn Hayyân (721 ?-815), dit Geber, des ouvrages d’alchimie qui sont apocryphes.
Marcelin Berthelot a démontré que les ouvrages latins de Geber ne pouvaient venir de Jâbir ibn Hayyân mais dataient de la fin du XIII° s, car il décrit des substances chimiques, surtout des acides minéraux, inconnus des Arabes et qui relèvent de la fin du XIII° s. (La chimie au Moyen Âge, 1893, p. 336-350). Le plus illustre de ces livres d’alchimie est La somme de perfection (Summa perfectionis). Ce Pseudo-Geber serait Paul de Tarente, vers 1260.

  • Geberi philosophi ac alchimistae maximi de alchimia libri tres.
    Ed. 1529. Strasbourg.
  • Recueil en latin de plusieurs oeuvres.(Summae perfectionis metallorum).
    Ed. J. Petreium. 1541 Norimbergae. B. N. - 4° R. 1496
  • Summae perfectionis magisterii in sua natura.Deniq libri Investigationis Magisterii et Testamenti ejusdem Gebri, ac Aurei Trium.
  • Verborum libelli, et Avicennae, summi medici et acutissimi philosophi, ... Nombreuses éditions avec des variantes.
    Ed. Brunonem Tancken. 1682. Gedani. B. N. - R. 9571 - 36822
  • La Somme de la perfection, ou l’Abrégé du magistère parfait de Geber.
    In Salmon Guillaume. Bibl. des Philos. chym. tome II 1678,
    tome I éd. de 1741. Paris.
    Ed. 1678. B. N. - R. 28971
    Ed. Guy Tédaniel. 1976-1992. Paris. Mis en français moderne par Charles-Gustave Burg.
  • Oeuvre chymique de Géber. 1992.
    Ed. Guy Trédaniel. 1976-1992. Paris. En deux tomes. ISBN 2-85707-013-6
  • Le livre des fourneaux.

Suivez aussi les sous-rubriques ci-dessous