| |
Bandeau
Bibliothèque Numérique Alchimique du Merveilleux (BNAM)
BNAM, Bibliothèque numérique ésotérique gratuite

Bibliothèque numérique gratuite, d’archives, documents, livres, textes d’alchimie, livres numériques gratuits, notes, signets, manuscrits, transcriptions, pages web, liens, procédés et techniques, références de brevets et tous supports numérisés en rapport avec l’hermétisme, la pratique et la réalisation du grand œuvre au laboratoire alchimique.

Le Livre des Secrets ou Kitab al-Asrar
ou « secret secretorum »...
Article mis en ligne le 20 janvier 2022
dernière modification le 13 janvier 2022

par alkaest

D’après le site Islamic Medical Manuscript at the National Library of Medecine :
« Les origines du traité sont incertaines. Aucun original grec n’existe, bien que le traité arabe prétende qu’il a été traduit du grec en syriaque et du syriaque en arabe par un traducteur bien connu du IXe siècle, Yahyá ibn Bitriq. Il semble cependant que le traité ait été en réalité composé en arabe. Nous pouvons affirmer avec certitude que la section sur la physionomie circulait en arabe avant 940 après JC, car il existe maintenant un manuscrit à la British Library (OIOC, MS Or. 12070) copié en 941/330 par un certain Muḥammad ibn ’Alī ibn Durustawayh de Ispahan qui contient ce fragment particulier du traité, bien qu’il ne s’appelle pas Sirr al-asrār. Il est antérieur à toutes les références au Sirr al-asrār (Secret des secrets) et est antérieur à toutes les autres copies manuscrites connues. Il est probable que le traité maintenant connu sous le nom de Le Secret des Secrets a progressivement évolué sur une longue période grâce à l’accumulation de matériel sur un large éventail de sujets, notamment l’art de gouverner, l’éthique, la physionomie, l’astrologie, l’alchimie, la magie et la médecine. Une traduction latine du Secret des secrets de l’arabe a été réalisée au milieu du XIIe siècle par Joannes Hispalensis (conservé à quelque 150 exemplaires) et à nouveau dans la première moitié du XIIIe siècle par Philippus Tripolitanus (conservé à plus de 350 exemplaires) . Il était extrêmement influent en Europe, où il était connu sous le nom de Secretum secretorum et a constitué la base de traductions ultérieures en tchèque, croate, allemand, islandais, anglais, castillan, catalan, portugais, français et italien. Il a également été traduit de l’arabe en hébreu puis en russe. »