L’Or des Sages

vendredi 22 avril 2016
par  Touitou Richard
popularité : 100%

Merci à Richard Touitou qui partage avec nous le fruit de ses recherches.
Alkaest

Télécharger gratuitement le PDF au bas de l’article.

Comme beaucoup d’entre nous, je fus un investigateur marginal attiré par la plus ancienne et la plus mystérieuse des sciences ésotériques : l’Alchimie.
J’ai chopé le virus en lisant quelques passages du Matin des Magiciens. Je voulais savoir qui était ce fameux adepte qui se cachait sous le pseudonyme de Fulcanelli.
Depuis l’été 1966, je me suis lancé corps et âme dans la recherche de l’Absolu, par pure curiosité ou par défi peut-être.
J’ai étudié durant plus de 40 années un vaste corpus dont l’acquisition s’avérait aussi coûteuse que difficile. A cette époque il n’y avait pas Internet, et donc pas de BNAM non plus.
Mes connaissances en chimie-métallurgie m’ont été d’un grand secours j’en suis persuadé. En effet j’ai pu éliminer rapidement tous les mauvais auteurs et charlatans, et, croyez-le, il y en a beaucoup.
J’ai aussi participé aux expériences d’un familier, disparu dans la fleur de l’âge il y a une dizaine d’années. Il s’agissait de mon cousin germain, il avait pu rencontrer Canseliet et d’autres chercheurs assez avancés.
Dès le tout début j’étais persuadé que la Galène était ce fameux Sujet du Grand Œuvre. Mais la lecture des livres d’Eugène Canseliet m’avait fait changer d’avis ; j’ai cru à tort que la Stibine pouvait être cette matière secrète tant recherchée, d’autant que le grand chimiste Berthelot écrivait dans un de ses livres que la Stibine était le principal constituant du Kohol.
J’ai regretté amèrement de m’être laissé influencé, et lorsque, fin des années 2000, j’ai pu avoir en main les copies deux importants manuscrits : La Chrysopée de Dujols, les cahiers de labo du Dr Emerit, j’avais enfin compris mon erreur.
Je dois également préciser que j’avais pu aussi ramener avec moi le véritable Kohol que j’avais acheté au souk de Marakech, il s’agissait bien du sulfure de plomb provenant de gisements marocains.
Dans la seconde partie de mon livre, « technique d’élaboration de la Pierre Philosophale », le lecteur constatera que le procédé de purification de la Stibine convient parfaitement à la Galène. En effet, par un hasard extraordinaire les proportions des deux protagonistes sont pratiquement les mêmes !
Enfin je terminerai en insistant sur le fait que je n’ai jamais affirmé avoir fait la Pierre, ni même que le procédé que j’ai décris était éprouvé. Je dirais simplement qu’il complète les deux textes que j’ai cité plus haut et qu’il s’accorde parfaitement avec l’enseignement de Fulcanelli.
Peut être que, en définitive, les deux sulfures conduisent au même résultat ? Fulcanelli disait que la Matière Première n’entre pas en puissance dans l’élaboration philosophale mais que c’est elle qui donne naissance à l’embryon qui deviendra la Pierre.

Bonne lecture.
Richard Touitou



Documents joints

l'Or des Sages
l'Or des Sages
Oeuvre de Richard Touitou Autorisation 2015

Navigation

Articles de la rubrique

  • L’Or des Sages