Articles les plus récents

dimanche 12 avril 2015
par  alkaest

Discours philosophiques sur les deux Merveilles de l’Art et de la Nature ou Traité de la liqueur de l’Alchaest et de la Médecine universelle. De la voye qu’il faut tenir pour faire le Sel de tartre volatil

Discours philosophiques sur les deux Merveilles de l’Art et de la Nature ou Traité de la liqueur de l’Alchaest et de la Médecine universelle. De la voye qu’il faut tenir pour faire le Sel de tartre volatil. Mis en françois par Robert Preud’homme, reveuë et corrigé. Ed. J. de Villerey. 1669. Paris. B. N. - Te131 119

dimanche 12 avril 2015
par  athos

Commentaires sur la Médecine Universelle. De la manière de la tirer du végétable, de l’animal et du minéral, par le Menstrüe Universel qui lie et délie et réduit les Métaux en leur première matière.

Commentaires sur la Médecine Universelle. De la manière de la tirer du végétable, de l’animal et du minéral, par le Menstrüe Universel qui lie et délie et réduit les Métaux en leur première matière. Par I. M. S. Nostre Etie NobIs ex FrIgIDa MonarChIa SeptentrIonaLI, missum. Le 23 mars 1666 à Paris Manuscrit en français. Ed. Allemande en 1678 et 1699.

dimanche 12 avril 2015
par  maxime

Réflexions sur la Fermentation et sur la Nature du Feu

Réflexions sur la Fermentation et sur la Nature du Feu, fondées sur des expériences nouvelles.Ed. J.-B. Coignard. 1708. Paris B. N. - R. 49621

dimanche 8 mars 2015
par  roberto

POEME PHILOSOPHIC DE LA VERITE DE LA PHYSIQUE MINERALLE

Ou sont réfutées les objections que peuvent faire les incredules et ennemis de cet Art. Auquel est maïvement et véritablement dépeinte la vraye matière des Philosophes

dimanche 8 mars 2015
par  roberto

TRAITE DE LA POUDRE DE PROJECTION

DIVISE EN DEUX LETTRES, Analyse tirée de l’écriture Sainte, Moyens pour parvenir à la poudre de projection par l’humide substantiel premier principe.

dimanche 8 mars 2015
par  alkaest

Les principes de la Nature, suivant les opinions des anciens philosophes, avec un abrégé de leurs sentiments sur la composition des corps

Les principes de la Nature, suivant les opinions des anciens philo., avec un abrégé de leurs sentiments sur la composition des corps. Ed. A. Cailleau. 1725. Paris. B. N. - R. 11914 - 11915

dimanche 8 mars 2015
par  athos

RECRÉATIONS HERMETIQUES suivi des 150 Scholies

Le petit ouvrage des Récréations Hermétiques, curieusement n’a jamais été réédité avec les Scholies, qui le suivent immédiatement et terminent le gros in-folio manuscrit de 1039 pages initié par Jean Vauquelin ( 1651-1716 ). On pourrait s’étonner de ce silence autour des Scholies ? pourtant, le fond Chevreul du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris n’a pas manqué d’être consulté par les plus érudits de ce siècle, et jamais aucun d’eux n’a fait ne serait-ce qu’allusion à ces dernières. Il est vrai que l’ouverture des commentaires de notre anonyme sur son propre ouvrage, se passent facilement de toute explication tant certaines allusions peuvent être révélatrices, pour s’assagir quelque peu par la suite, dans les précisions qu’il nous offre généreusement de son modus opérandi.

dimanche 8 mars 2015
par  roberto , athos

LA FONTAINE DE LA VÉRITÉ CHIMIQUE ou la SOURCE DE PHILOSOPHIE CHIMIQUE

La version que nous vous proposons aujourd’hui est très différente de celle imprimée et parue sur la BNAM en 2010. Elle est manuscrite et a pour main et traducteur monsieur Henri Coton Alvart, disparu en 1988 et bien connu des avertis. Elle à pour titre SOURCE DE LA PHILOSOPHIE CHIMIQUE. L’ouvrage n’est pas encore ouvert et déjà une variante, puisque cet opuscule est plus connu sous le titre de FONTAINE DE LA VERITE CHIMIQUE. Par cette réédition, il est simplement question ici d’attirer l’attention du chercheur, de l’inciter à une certaine réserve quand aux traductions, et l’inviter à une confrontation de texte qui ne pourra manquer d’être fructueuse. Nos contemporains ont chapé Philalèthe sous l’épithète d’envieux, de perfide, mais l’adepte ne trompe que l’ignorant. N’est-il pas écrit que la connaissance du modus opérandi dépend de la connaissance de la matière ? Que celui qui a la pâte trouvera toujours un four pour la cuire ? Il semble bien que c’est à cette dernière et à sa découverte, que se résume l’essentiel de cet opuscule, que Philalèthe pris sur son temps et qu’il écrivit afin de nous enseigner.

Athos